L’apnée du sommeil : diagnostic et traitement

Accueil/Actualité/L’apnée du sommeil : diagnostic et traitement

L’ apnée du sommeil est un arrêt intermittent et inconscient de la respiration nocturne. Il ne dure que quelques secondes mais se répète plusieurs fois pendant la nuit. Une apnée du sommeil peut avoir deux origines.

  • Ce phénomène peut être un blocage mécanique et se situer au niveau de la gorge, obstruée par la langue. La cause est due à la constitution physique de l’individu : relâchement des muscles ou, en cas d’obésité, obstruction due à la masse pondérale. Il est appelé « syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil » (SAHOS).
  • Plus rarement, l’apnée se produit dans le cadre d’une perturbation neurologique : le cerveau ne communique plus l’ordre de respirer aux poumons. Cela fait suite à des maladies d’origine cardiaque ou affectant le cerveau. On parle alors d’apnée du sommeil centrale.

Ces deux causes peuvent se produire simultanément. Une difficulté respiratoire altèrent la qualité du sommeil, notamment à cause des réveils fréquents et des angoisses générées autant par les risques d’étouffement que par la peur d’y succomber. Plus gravement, le manque d’oxygène provoque des troubles cardio-vasculaires.

Il est donc nécessaire pour chacun d’identifier la cause de ses apnées du sommeil, et de faire le tri entre les différents traitements possibles afin de choisir le plus adapté.

SAOHS, apnées centrales, les symptômes, les facteurs et le diagnostic

L’apnée du sommeil est un phénomène inconscient, il est donc parfois difficile pour la personne de se rendre compte qu’elle en souffre. En effet, lorsque la respiration est bloquée, de micro-réveils chroniques dictés par l’instinct de survie permettent de reprendre sa respiration, mais pas forcément de reprendre conscience.

Les symptômes courants d’une apnée du sommeil sont des ronflements, des éveils fréquents au cours de la nuit avec la sensation de mal respirer, ainsi qu’une somnolence durant la journée. Le conjoint est un témoin important de ce phénomène et peut être le premier à le repérer.

Néanmoins, la façon la plus fiable de diagnostiquer le type d’apnée dont on souffre est de recourir à un médecin qui grâce à un appareil de mesures, pourra déterminer si l’effort de respiration se produit (si c’est le cas, c’est un SAHOS, sinon c’est une apnée centrale) et préconisera un traitement.

Les causes de l’apnée du sommeil sont majoritairement dues à l’âge et au surpoids, et dans certains cas, à une particularité physique qui favorise l’obstruction dans la gorge. La consommation de tabac et d’alcool constituent pour leur part des facteurs aggravants.

Traiter l’arrêt respiratoire durant le sommeil : chirurgie, accessoires, traitements naturels

Le diagnostic de l’apnée du sommeil doit conduire le patient à adapter son mode de vie selon les facteurs évoqués, surtout en cas de surpoids. Dans le cas contraires, de nombreuses solutions médicales existent.

La chirurgie pourra être recommandée dans des cas spécifiques, mais ses résultats sur l’apnée sont contrastés et ne sauraient garantir la guérison, malgré la disparition des ronflements.

D’autre part, il existe des machines à pression positive continue (ou PPC), qui utilisées pendant la nuit stimulent la respiration. Leur bon usage reste compliqué pour les patients qui doivent apprendre à les manipuler et provoque des irritations, mais a des effets positifs indéniables sur la pression artérielle.

Dans le cas de blocage mécanique, on peut avoir recours à un appareil dentaire, nommé orthèse d’avancée mandibulaire : comme son nom l’indique, l’orthèse avance la mâchoire inférieure afin d’empêcher l’obstruction des voies aériennes respiratoires. Ce dispositif n’est conseillé que dans le cas d’apnée du sommeil légère.

Enfin, sachant que le SAHOS est favorisé par la position allongée sur le dos, il convient d’adapter ses habitudes et de préférer s’allonger sur le côté. Cette position empêche la langue de glisser dans la gorge et réduit l’affaissement des muscles. Cependant, le sommeil est rarement calme et on peut être amené à se retourner sur le dos sans en avoir conscience. C’est pourquoi des dispositifs permettent de conserver la position sur le côté pour éviter l’apnée du sommeil pour bénéficier ainsi d’un sommeil plus tranquille.

Par | 2017-10-17T13:14:31+00:00 octobre 17th, 2017|Actualité|1 Comment

Un commentaire

  1. […] les vibrations responsables du désagrément sonore… Ces symptômes peuvent par la suite évoluer vers une apnée du sommeil… Outre la gêne occasionnée, tant pour le ronfleur que pour son partenaire, il s’agit […]

Laisser un commentaire