Lombalgie traitement : ce qu’il faut savoir

Lombalgie traitement ou comment soigner un lumbago ? 

La lombalgie aigue c’est ce qu’on appelle classiquement le lumbago. C’est le mal de dos le plus fréquent. Il touche un tiers des français et se guérit généralement en une semaine à un mois dans la plupart des cas (90%). La lombalgie dite aigue est à l’origine d’un blocage lombaire douloureux d’une entorse discale. Souvent mis en cause : un effort brutal, un traumatisme ou plus simplement un faux mouvement avec perception d’un craquement. La douleur dorsale est d’importance variable (chacun réagissant différemment a la douleur) il est pénible et engendre souvent une impotence lié au blocage lombaire.

Les symptômes de la lombalgie sont une douleur de la région lombaire. Souvent en barre qui survient pendent un effort brutal. On constate également une irradiation possible de la douleur vers les fesses, cuisses et genoux. Dans tout les cas le moindre mouvement ou effort déclenche une augmentation de la douleur. La lombalgie peut être accompagné de radiculalgies ou sciatique. Dans tout les cas on observe une diminution des douleurs dorsales lors d’un repos complet.

Les traitements pour une lombalgie

La lombalgie fait d’abord l’objet d’une prise en charge de la douleur par voie médicamenteuse pour soulager le patient (lire 5 traitements pour soulager une lombalgie). Les antalgiques sont les médicaments les plus prescrits pour cette pathologie. Une hygiene de vie doit être mise en place pour soulager le dos au quotidien et eviter une rechute de la lombalgie. Le médecin donnera souvent des conseils ergononomiques pour les efforts les plus courants. Pensez également à vérifier l'état de votre matelas.

Ci-dessous les médicaments que l’on pourra vous proposer en cas de lombalgie aigüe :

  • antalgiques usuels : ils réduisent la sensation douloureuse. On commence généralement par le paracétamol avant d’utiliser des molécules plus fortes comme la codéine.
  • Les anti-inflammatoires (efficace pour une lombalgie)
  • Les décontractants musculaires : ne doivent pas être prescrit plus de deux semaines pour cette pathologie.
  • Les corticoïdes : peuvent être prescrit pour des patients qui prennent un traitement incompatible avec un autre anti-inflammatoire.
  • Les injections de corticoïdes sont efficaces à très court terme et uniquement si elles sont injectées dans le canal rachidien.
  • Les antiépileptiques : quelques uns semblent efficaces notamment sur les douleurs type sciatique d’origine neurologique.
  • Les antidépresseurs : lorsque les douleurs aux lombaires sont d’origine psychologique d’un mal être.
  • Contensions lombaires pendant trois semaines si choc traumatique.

Il existe également des méthodes alternatives pour lutter contre la lombalgie comme la balnéothérapie, les ondes électro-magnétiques mais également le rayonnement laser, la mésothérapie (injection d’eau stérile sous la peau), les manipulations vertébrales réalisées par un osthéopathe, la réflexothérapie, l’acupuncture , la phytothérapie, l’hypnose et le yoga (cela joue sur l’anxiété de la douleur et relaxe le corps).

Les thérapies comportementales associées à des exercices physiques sera efficace en cas de douleur d’origine somatique dont la peur du mouvement s’installe petit a petit.

A lire également : 

0 étoile(s) | 0 vote(s)
Votre avis nous intéresse
Sélectionnez de 1 à 5 étoiles